Retrouvez-nous sur Google+ Facebook Twitter Linkedin My Space Netlog Friendfeed Flickr Foursquare Viadeo Skyrock Priceminister Sonico Auto-Entrepreneurs Battlefield Heroes hellocoton Vins du Sud-Ouest: Truffes sous protection
Bienvenue sur VINS du SUD-OUEST le site d'information du sud-ouest de la France

mercredi 5 janvier 2011

Truffes sous protection


Truffes sous protection



Qualité de la marchandise vérifiée, nom des vendeurs répertorié : le marché de Lalbenque est contrôlé./Photo DDM, Marc Salvet
Qualité de la marchandise vérifiée, nom des vendeurs répertorié : le marché de Lalbenque est contrôlé./Photo DDM, Marc Salvet
Le meurtre d'un voleur de truffes dans la Drôme, fin décembre, jette le trouble dans le Lot où le diamant noir fait rêver… mais sans échauffer les esprits.
Habituellement, il s'en prend au blaireau. Mais là, « c'est un blaireau à deux pattes qui m'a volé une truffe ! », accuse Jacques. Dans son champ, sur les hauteurs de Lalbenque dans le Lot, l'agriculteur a découvert un trou. À la place du diamant noir, un bout de fromage.
« Pour récompenser les chiens qui trouvent une truffe, on leur donne un bout de cantal, explique Jacques. Le voleur a emporté la truffe, en laissant le fromage sur place ». Jacques n'a pas l'intention de déposer plainte : « Mais je vais quand même en parler aux gendarmes ».
La gendarmerie de Lalbenque surveille les champs truffiers bordés de murets de pierre blanche. Les militaires se sont équipés de VTT et patrouillent dans la campagne. Aucune plainte pour vol de Tuber melanosporum n'a été déposée dans le Lot ces deux dernières années. « Les gendarmes ne sont pas des garde-champêtres dédiés à la protection des truffières, mais ils s'adaptent à leur territoire. À Lalbenque, comme ailleurs, la surveillance fait partie de leur mission », indique le capitaine Gérard Catala, officier chargé de la communication au groupement de gendarmerie du Lot.
Contrairement au Sud-Est de la France, où les propriétaires de chênes truffiers font garder leurs parcelles, et où fin décembre un agriculteur a tué un voleur, le Quercy n'est pas la proie des croqueurs de diamants noirs.
« Nous avons eu quelque vent de vols, mais rien de concret. Nous sommes vigilants », souligne Alain Ambialet, le président du syndicat des trufficulteurs de la région de Lalbenque. Le jour, les véhicules qui stationnent à l'ombre des chênes, sur le causse, sont vite repérés. La nuit, les gendarmes font des rondes.
« Il y a deux jours, ma femme a vu un trou sous un chêne. C'était un corbeau qui avait fait un piqué pour voler une truffe », raconte Michel Delon, trufficulteur dans le Lot. Parfois c'est le corbeau, le sanglier ou un blaireau. « Le blaireau a bon dos », plaisante Alain Ambialet qui croit plutôt à l'opportuniste.
« Une amie m'a demandé récemment de venir caver avec mon chien », raconte Annie, une Lotoise qui possède quelques parcelles de chênes truffiers dans le secteur de Montcuq. Lorsque nous sommes arrivées, la terre était grossièrement retournée. Dans la région, les sites ne sont pas clôturés. Et les gens qui se font voler les truffes ne vont pas déposer plainte », poursuit-elle.
Dans le Tarn, quelques vols de Tuber melanosporum et même de plants truffiers ont été signalés. Mais aucun voleur n'a encore été pris la main dans le sac.
Le marché des truffes de Lalbenque n'a rien à voir avec ceux du Sud-Est où les transactions sont plus importantes et les tentations sans doute plus fortes.
Dans la Drôme, des bandes seraient spécialisées dans les vols de diamants noirs. « Là-bas, les voleurs ont dressé des chiens qui leur rapportent la truffe au bord des chemins », raconte un trufficulteur lotois. Depuis deux saisons, le diamant noir se fait rare dans le Quercy. La faute à la sécheresse de l'été, au gel, à la neige…
Jacques, l'agriculteur de Lalbenque à qui on a dérobé une truffe, dit que « cela ne paie plus. Cela fait deux ans que je ne récolte presque rien ». Hier, il est tout de même allé vendre 200 grammes de diamant noir sur le marché de Lalbenque. Cela paiera le sel.
Sabine Bernède

Le chiffre : 76

kilos > de truffes. C'est un petit marché qui s'est tenu hier à Lalbenque. Les prix ont varié de 350 à 750€ le kilo. Le nombre de paniers proposés à la vente était de 119.
« Midi-Pyrénées est encore une région protégée. Toutefois, les trufficulteurs restent très vigilants face au risque de vols ».
Alain Ambialet, président du syndicat des trufficulteurs de la région de Lalbenque (Lot).
Fête > à Lalbenque. Pour son cinquantième anniversaire, le syndicat des trufficulteurs de la région de Lalbenque, dans le Lot, organise le dimanche 30 janvier prochain, une grande fête autour du diamant noir. Marché à 10h30, concours, démonstration de cavages, conférences, et bien sûr, repas gastronomique autour de la truffe.


...

Haut