Retrouvez-nous sur Google+ Facebook Twitter Linkedin My Space Netlog Friendfeed Flickr Foursquare Viadeo Skyrock Priceminister Sonico Auto-Entrepreneurs Battlefield Heroes hellocoton Vins du Sud-Ouest: L'amiante, cette épidémie silencieuse
Bienvenue sur VINS du SUD-OUEST le site d'information du sud-ouest de la France

vendredi 18 février 2011

L'amiante, cette épidémie silencieuse



Des salariés d'Eternit victimes de l'amiante, au tribunal des prud'hommes d'Albi en septembre 2009./ Photo DDM, Jean-Marie Lamboley
Des salariés d'Eternit victimes de l'amiante, au tribunal des prud'hommes d'Albi en septembre 2009./ Photo DDM, Jean-Marie Lamboley
Pour mieux renforcer la surveillance des maladies liées à l'amiante, la déclaration des mésothéliome (cancers de l'amiante) sont obligatoires en Aquitaine et Midi-Pyrénées depuis le 1er janvier.
Pas facile d'avoir une visibilité sur la réalité du scandale de l'amiante dans notre région. Même au niveau national, où les statistiques publiées de l'assurance maladie sont plus fines, on ne dénombreen 2008 « que » 387 décès au titre des maladies professionnelles reconnues dans le régime général de la sécurité sociale. Un chiffre qui de facto écarte le monde agricole, les fonctionnaires, les militaires, mais aussi les artisans et commerçants. En Midi-Pyrénées les derniers chiffres disponibles, ceux de 2009, font état de 40 personnes reconnues comme ayant contracté au cours de cette année-là une maladie professionnelle directement liée à l'amiante. Le nombre des décès parmi les malades n'est pas répertorié…

LE 2E POSTE DE DÉPENSE DE LA CRAM

Aquitaine et Midi-Pyrénées sont depuis le 1er janvier parmi les six régions (1) à participer à une « phase pilote » rendant obligatoire la déclaration des mésothéliomes, ces cancers touchant les poumons et directement liés à l'amiante. Car la réalité des chiffres va bien au-delà des statistiques de l'assurance maladie. Concernant le mésothéliome pleural malin, on a estimé à 1 090 le nombre de décès survenus sur l'année 2005, selon un document datant de 2009 de la Haute autorité de santé (HAS) et de l'Institut national du cancer (INCa). Pour 80 % d'entre eux, une exposition aux fibres d'amiante est retrouvée.
La déclaration obligatoire « vise à renforcer leur surveillance épidémiologique, à augmenter la reconnaissance des maladies professionnelles liées à l'amiante et à améliorer la connaissance des cas survenant en dehors d'une exposition professionnelle à l'amiante », note l'institut. Mais pour les associations de victimes de l'amiante, ce n'est certes pas la panacée.
Faute de recensement exhaustif, la mortalité due à ce cancer qui peut aussi toucher les revêtements de la cavité abdominale (péritoine) et plus rarement du cœur (péricarde), n'est pas bien établie.
Depuis sa création en 2002 en France, le Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante (Fiva), financé par l'Etat et la branche accidents du travail de la Sécurité sociale, a versé près de 2,4 milliards d'euros à quelque 52 000 victimes. En 2009 les maladies professionnelles liées à l'amiante ne représentent que 3,8 % des maladies professionnelles gérées par la Caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (ex-CRAM) de Midi-Pyrénées. Et pourtant, leurs coûts, induits par des traitements lourds, des indemnisations ou des rentes à la hauteur du préjudice d'une vie, en font le deuxième poste de dépense de la Caisse régionale avec plus de 6 millions d'euros versés à la quarantaine de nos malades de l'amiante.
(1) Aquitaine, Auvergne, Ile-de-France (Val-de-Marne et Seine-Saint-Denis), Lorraine, Midi-Pyrénées, Provence-Alpes-Côte d'Azur (Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var)

Tous, partout

De nombreuses professions ont été exposées à l'amiante, fibre minérale, cancérigène, utilisée comme isolant et anti-incendie : dans le bâtiment, la carrosserie industrielle, plombiers, charpentiers et électriciens, peintres, décorateurs, bijoutiers, cheminots, mécaniciens automobiles… Impossible de dresser une cartographie : dans notre région. L'usine Eternit d'Albi, les mines de Carmaux, mais aussi les usines Giat à Tarbes, la fonderie de Fumel ou encore la verrerie de Vianne en Lot-et-Garonne, font parties des sites ayant fait le plus de victimes. Mais les salariés de grandes entreprises comme EDF, la SNCF, ont eux aussi été touchés.

Le chiffre : 100 000

morts > D'ici 2025. C'est, selon l'Agence française sanitaire environnement et travail, le nombre possible de décès dus l'amiante d'ici 15 ans. Son caractère cancérigène est connu depuis les années 50 mais le premier décret réglementant son usage ne date que de 1977 et son interdiction de 1997...
« On se bat aujourd'hui pour que la réparation coûte plus cher que la prévention. » Jean-Marie Birbes, président de l'Addeva 81 (Association départementale des victimes de l'amiante)

« Dès qu'on tousse, on se met à gamberger »

S'ils sont si contents de se retrouver, ce vendredi-là, à Gaillac, c'est d'abord parce qu'avant d'être des victimes, c'était d'abord des collègues, des syndicalistes qui se sont battus ensemble contre le patron avant de se débattre avec la maladie. L'association qui les réunit c'est l'Addeva 81 (Association départementale des victimes de l'amiante du Tarn), dont le noyau dur est constitué par d'anciens ouvriés et salariés de l'usine Eternit de Terssac, qui, de 1971 à fin 1996 a fabriqué des plaques de fibrociment à base d'amiante. Parmi la petite dizaine de membres présents cet après-midi de janvier, âgés de 52 à 67 ans, tous sont atteints de pathologies dues à l'amiante : « Deux copains sur trois ont des plaques pleurales. Ici on en a tous. C'est plus ou moins douloureux, ça réduit la capacité pulmonaire. Surtout, ça fait gamberger ». Jean-Marc Garo explique : « À force de voir des copains partir en quelques semaines, emportés par des cancers foudroyants dans des souffrances atroces, maintenant, dès qu'on tousse, on ne peut pas s'empêcher de gamberger. » Son frère Jean-Pierre renchérit : « C'est en nous, ça ne nous quitte jamais. On n'y pense pas toute la journée, mais c'est là, ça trotte… Après chacun fait comme il peut pour se débrouiller avec. » Silence. « Jamais on n'avait pensé que c'était mortel », souffle Christian Gombert, 67 ans, entré en 1971 et dont le frère vient de mourir à 62 ans, en n'ayant travaillé que 4 ans chez Eternit. « Moi je n'avais pas voulu travailler aux mines de Carmaux, car mon père était mineur et je ne voulais pas m'y empoisonner. » Christian s'occupait de l'entretien des machines. Il soufflait la poussière d'amiante qui les recouvrait pour les réparer. Avant qu'elle ne retombe.Il en bouffait, littéralement, comme les autres, sans masque, ni protection. Il se rappelle que l'aération du réfectoire et du vestiaire donnait sur le stock amiante… « Le déclic, ça a été la mort de Raymond Cabrit, en 1993. Il avait 49 ans, il est mort en quelques semaines. À l'époque, on se battait contre les plans sociaux. C'était très difficile de comprendre qu'on risquait de mourir alors qu'on se battait pour garder nos emplois. » En 1996, l'Addeva 81 est créée. 15 ans plus tard, Jean-Marie Birbes en est toujours le président et l'asso continue de se battre aux côtés des familles. « Les indemnisations, c'est primordial, mais tout ça ne servira à rien s'il n'y a jamais le procès des responsables. Ceux qui savaient, depuis des dizaines d'années que l'amiante était cancérigène. Et qui ont préféré leurs profits à nos vies. Jamais ils ne se sont excusés, jamais ils n'ont reconnu leur faute. Il faut dire que le business de l'amiante continue dans d'autres pays… » Selon les chiffres de l'Addeva 81, 2000 salariés d'Eternit France ont contracté des maladies directement liées à l'amiante. 400 en sont morts. Dont 17 à Albi.

Georges Arnaudeau

Quatorze ans après l'interdiction de l'amiante, où en est-on ?
Georges Arnaudeau, membre du bureau de l'Association nationale des victimes de l'amiante.. On progresse, notamment en matière d'information, ou concernant le désamiantage de certains matériels ou bâtiments, mais il reste encore beaucoup à faire. Au niveau des malades, on a encore beaucoup de difficultés à faire reconnaître les pathologies comme étant des maladies professionnelles.
Que peut apporter la déclaration obligatoire du cancer de l'amiante ?
Une meilleure connaissance de l'ampleur du phénomène puisqu'on estime que 20 % de ces cancers ne sont pas déclarés. Mais il faudrait surtout mettre maintenant l'accent sur la prévention et le suivi professionnel et post-professionnel des salariés exposés. Cette déclaration obligatoire peut, peut-être, nous aider à faire progresser la loi. Aujourd'hui seule la radio est obligatoire. Pour que le dépistage soit efficace, il faudra rendre obligatoire le scanner.
Espérez-vous toujours un procès pénal ?
Oui, c'est notre combat depuis 1995 et les premières plaintes. La France doit aux victimes un grand procès de l'amiante. Les dossiers sont à l'instruction au pôle santé, à Paris.


...

Haut