Retrouvez-nous sur Google+ Facebook Twitter Linkedin My Space Netlog Friendfeed Flickr Foursquare Viadeo Skyrock Priceminister Sonico Auto-Entrepreneurs Battlefield Heroes hellocoton Vins du Sud-Ouest: Prune : pas d'accord sur l'accord
Bienvenue sur VINS du SUD-OUEST le site d'information du sud-ouest de la France

lundi 4 avril 2011

Prune : pas d'accord sur l'accord

PUBLIÉ LE 04/04/2011 08:24 | STÉPHANE BERSAUTER

agriculture


Vendredi, un producteur de prunes d'Ente a offert 300 kg de pruneaux aux Restos du Cœur à Agen. Double geste de solidarité et de colère à la suite de la tentative de renégociations lancée par Maître Prunille./ Photo DDM Jean-Michel Mazet.
Vendredi, un producteur de prunes d'Ente a offert 300 kg de pruneaux aux Restos du Cœur à Agen. Double geste de solidarité et de colère à la suite de la tentative de renégociations lancée par Maître Prunille./ Photo DDM Jean-Michel Mazet.
Rien ne va plus entre Maître Prunille et des associations de producteurs de prunes d'Ente. Réunion de crise mardi. Les pruneaux volent bas dans les vergers.
Réunion sous tension demain à Sainte-Livrade. À l'initiative du GED (*), les producteurs du pruneau d'Agen ont rendez-vous avec les responsables de la filière. Pour parler gros sous. Dans un courrier adressé aux représentants des pruniculteurs, Maître Prunille (France Prune) dit entre les lignes que les conditions financières de paiement de la récolte 2010 peuvent ne pas être respectées.
Justification utilisée, « les négociations commerciales en grande distribution sont quasiment bouclées. La tendance est très mauvaise ». Selon Maître Prunille, la chute serait de 25 %. Et aucune visibilité « pour le marché à l'export (en chute libre) avec une inconnue majeure concernant le ramadan au vu des dernières semaines au Maghreb et au Proche-Orient (sic) ».
Ce n'est pas fait pour améliorer le climat déjà délétère ici bas en Lot-et-Garonne. Partie visible de l'iceberg, des échanges de courriers recommandés, par avocats interposés entre l'AOP du pruneau (majoritaire) et Maître Prunille (France Prune). « Cela n'a jamais été simple de tomber d'accord chaque année », explique un producteur du Villeneuvois. « Mais une parole donnée, c'est une parole donnée ». Chaque été, avec plus ou moins de tensions, producteurs, transformateurs trouvent un terrain d'entente sur les prix payés à la production. C'était le cas en juillet dernier mais un courrier signé de Xavier Picard, président de Maître Prunille, a eu le don d'en énerver quelques-uns dans le petit monde fermé de la prune d'Ente.
Le double président de l'UPI (producteurs), du Bureau interprofessionnel du pruneau (BIP) et vice-président de la chambre d'agriculture, Patrick Léger en fait partie. « Sa politique (du PDG de Maître Prunille, N.D.L.R.) est très claire : il veut éliminer le plus de transformateurs possible pour avoir une position hégémonique et tordre le coup des producteurs qui ne voudraient pas rentrer dans le rang ». Le coup d'épaule est viril aussi pour les représentants des producteurs qui siègent à France Prune, la coopérative. « Ils ont démissionné et abandonné leur pouvoir
[…] Il n'est plus question d'accepter ces méthodes d'un autre âge ». D'où l'appel à la mobilisation dans les rangs des associations de producteurs, et une météo qui pourrait se gâter demain au-dessus de Sainte-Livrade pour une journée de la prune bis, un mois après l'édition 2011. En arrière-plan, les producteurs de prunes se font pour la plupart des cheveux blancs concernant la modification des aides européennes.
Le Groupement d'étude et de défense de la prune d'Ente de l'Agenais.

"Prévenue à l'avance"

Pour Xavier Picard, président de Maître Prunille, le calendrier de paiement a été respecté au 15 mars. Pour l'autre partie du paiement en juin, «nous attendons la valeur exacte de la récolte, comme tous les ans
[…] Dans notre démarche, nous avons souhaité prévenir les producteurs à l'avance et les inviter à nous rencontrer ». Ce dirigeant rappelle que les prix avaient bénéficié d'un + 8,5 % en 2008 du fait d'une « petite récolte. L'année suivante, le marché a déraillé, mais nous n'avons pas répercuté. 2010 est annoncée comme difficile ». Maître Prunille collecte environ 60 % de la récolte totale, le reste revient à la coopérative France Prune pour ses adhérents.



...

Haut