Retrouvez-nous sur Google+ Facebook Twitter Linkedin My Space Netlog Friendfeed Flickr Foursquare Viadeo Skyrock Priceminister Sonico Auto-Entrepreneurs Battlefield Heroes hellocoton Vins du Sud-Ouest: FUMEL : Madame NIEUVART Louisette victime d'une gigantesque arnaque immobilière témoigne
Bienvenue sur VINS du SUD-OUEST le site d'information du sud-ouest de la France

mercredi 15 juin 2011

FUMEL : Madame NIEUVART Louisette victime d'une gigantesque arnaque immobilière témoigne


 Madame NIEUVART à sollicitée permiderevershop pour publier des informations sur cette arnaque. Tout démarre officiellement courant  août 2007 lors de la signature d'une Société Civile de Construction " SOCIETE CIVILE  FAUCON 45 " . Les victimes résidant à Fumel, La Teste, Pessac, Gujan-Mestras, Cazaux, Orange, Miramas et dans l'Isère ont parfois misé toutes leurs économies dans ce projet, qui n'était que du vent.  Depuis cette affaire, la santé de Madame Nieuvart c'est considérablement dégradée. Suite à une injustice avérée car dans ce dossier  une seule personne a été condamné, alors que d'autres personnes ont participées à cette arnaque, nous joignons des documents fournis par Madame Nieuvart . Ce témoignage est publié pour éviter à d'autres personnes de se trouver dans de telles situations. A ce jour, Madame Nieuvart n'a perçue aucune indemnisation.


22 octobre 2010 09h26 | Par DOMINIQUE RICHARD
1

Projet immobilier bancal à Bordeaux : l'ex-gendarme condamné
18 mois de prison avec sursis pour un ancien gendarme dont le projet immobilier bancal avait fait perdre plus d'un million d'euros à des épargnants.

Rue Bonnefin et rue de Montfaucon, dans les quartiers de la Bastide et de la gare à Bordeaux, point besoin de sortir de Saint-Cyr pour comprendre qu'il y a eu un bug ! Les terrains sur lesquels des immeubles devaient être édifiés sont aujourd'hui le royaume des herbes folles. Les investisseurs, seize personnes qui avaient choisi de défiscaliser dans la pierre pour placer leurs économies et en retirer des loyers, désespèrent de récupérer leurs mises. Elles ont avancé un million d'euros au bas mot mais l'appartement qui leur avait été vendu sur photo reste toujours une vue… de l'esprit.
La tactique du gendarme
Bernard Marneffe, l'homme qui était chargé de commercialiser ces deux programmes immobiliers, les a lamentablement menés dans le mur. Ce quinquagénaire, rond et volubile, qui a comparu lundi en correctionnelle pour abus de confiance, noie son échec sous un flot de paroles et de généralités mais sans jamais parler d'argent. Il en a pourtant pas mal profité. À chaque fois, il a immédiatement prélevé ses honoraires sur les fonds versés par les clients pour l'acquisition des parcelles : plus de 120 000 euros au total. Sans compter quelques ponctions épisodiques dans la comptabilité des sociétés civiles, supports des bâtiments à construire, dont il était le gérant.
Dans une autre vie, il avait été sous-officier de gendarmerie. Il ne manquait jamais de le rappeler. Spécialisé dans la gestion de patrimoine, il avait à son actif onze opérations de ce type, toutes menées à leur terme sans anicroche. Le bouche à oreille était sa meilleure publicité. « Il nous disait qu'il avait travaillé à la brigade financière. On pensait qu'il connaissait la loi sur le fil du rasoir », raconte l'une de ses victimes Pierre Vigerie, un retraité de Cazaux. La loi peut-être mais le coût du mètre carré ?
Terrains trop chers
Bernard Marneffe, dont la société était domiciliée à Fumel, en Lot-et-Garonne, n'était pas peu fier d'annoncer des prix inférieurs à ceux affichés par Bouygues l'un des géants du secteur. Mais de là à les tenir… « C'est la faute de l'architecte. Il s'est trompé de 25 % dans l'estimation des travaux », maugrée l'ancien gendarme à la barre. Pas un mot de travers en revanche sur son « partenaire », le marchand de biens Frédéric Chapon. Ce dernier a remarquablement tiré son épingle du jeu, cédant pour 600 000 euros à Bernard Marneffe des parcelles acquises peu de temps auparavant pour un peu moins de la moitié de cette somme.
« Le prix du foncier était tellement important que les travaux ne pouvaient pas être réalisés dans l'enveloppe prévue, constate la substitut du procureur Catherine Figerou. C'est pour cela qu'on a essayé d'aller chercher une société de construction au Portugal. » Mais l'entreprise lusitanienne « cornaquée » par un intermédiaire français n'était pas en mesure de proposer la garantie décennale indispensable à la protection des acquéreurs en cas de dommage. Aux abois, Bernard Marneffe a sorti aussi beaucoup de liquide pour essayer d'obtenir des matériaux meilleur marché à l'étranger. Insuffisant pour remettre d'aplomb les chantiers. Ils n'ont jamais pu démarrer et de guerre lasse, les clients parmi lesquels figure une magistrate du tribunal d'Orange ont fini par déposer plainte.
Aucune instruction
Les errements de Bernard Marneffe poursuivi pour abus de confiance ne souffrent pas la contestation. « Mais c'est l'arbre qui cache la foret », déplore Me Navarro, l'avocat des plaignants. Les épaules de l'ancien gendarme sont un peu larges pour supporter, seules, cette Berezina. Pourquoi des fonds ont-ils été débloqués sans que les travaux n'aient été réalisés ? Les rôles du marchand de biens, de l'architecte, de l'entrepreneur, du notaire Me Gauthier, dont la présidente Caroline Baret se dit « sidérée » par le comportement, auraient mérité d'être éclaircis.
Le parquet ayant mené l'enquête sans saisir de juge d'instruction, les investigations n'ont pas été très poussées. Aucune confrontation n'a été organisée entre les protagonistes de cette affaire. Seule la responsabilité de Bernard Marneffe sautait aux yeux. Ce qui lui a valu lundi soir d'être condamné à 18 mois de prison avec sursis assortis d'une interdiction de gérer pour une durée de cinq ans.




...

Haut