Retrouvez-nous sur Google+ Facebook Twitter Linkedin My Space Netlog Friendfeed Flickr Foursquare Viadeo Skyrock Priceminister Sonico Auto-Entrepreneurs Battlefield Heroes hellocoton Vins du Sud-Ouest: Dès le 20 du mois, les Français se serrent la ceinture
Bienvenue sur VINS du SUD-OUEST le site d'information du sud-ouest de la France

lundi 25 juillet 2011

Dès le 20 du mois, les Français se serrent la ceinture


Des chèques à encaisser plus tard, des restaurants moins fréquentés, des visites chez le médecin décalées : les fins de mois sont difficiles… Une bonne raison pour profiter des soldes qui s’achèvent.


La stagnation des revenus et la montée du chômage conjuguées à l’envolée de la facture énergétique, des prix des produits alimentaires et des loyers ont mis à mal le pouvoir d’achat des Français.

La stagnation des revenus et la montée du chômage conjuguées à l’envolée de la facture énergétique, des prix des produits alimentaires et des loyers ont mis à mal le pouvoir d’achat des Français.

Les fins de mois difficiles commencent le… 20 pour beaucoup de Français. Dès la seconde quinzaine du mois, ils sont en effet de plus en plus nombreux à alléger leur chariot dans les supermarchés, à se priver de dessert au restaurant et même à reporter au mois suivant leur visite chez le médecin. « La fréquentation de nos boutiques solidaires où les ménages modestes peuvent trouver, grâce aux dons des particuliers, de quoi s’habiller et se nourrir à des prix très bas augmente en fin de mois », reconnaît François Soulage, le président du Secours catholique.
Ce phénomène n’est pas nouveau mais il s’est aggravé avec la crise de 2008. Il est vrai qu’en 2010, pour la première fois depuis des années, le pouvoir d’achat des Français a baissé. La stagnation des revenus — ou pire pour certains salariés précaires — et la montée du chômage conjuguées à l’envolée de la facture énergétique, des prix des produits alimentaires et des loyers ont mis à mal l’objectif de Nicolas Sarkozy consistant à faire de la défense du pouvoir d’achat l’axe majeur de son mandat. « Dans les supermarchés et les hypermarchés, les clients ne remplissent plus qu’un chariot en début de mois. On a constaté aussi dans les deux dernières semaines que les paiements en espèces étaient plus fréquents, ce qui correspond à des volumes de courses moins élevés », souligne Mike Hadjadj, de Wincor Nixdorf, une société de gestion des paiements en espèces.

Plus grave, certains se voient contraints de retarder les dépenses qui touchent à leur santé. Les médecins remarquent ainsi une tendance croissante à repousser l’accès aux soins en début de mois, lorsque les patients ont perçu leur salaire. Parfois même, ils attendent de cumuler plusieurs pathologies avant de consulter.
Autre conséquence de « l’effet 20 » : les Français, soucieux de ne pas tomber dans le rouge, privilégient les paiements différés comme la carte bleue, ou alors demandent expressément à ce que leur chèque soit encaissé au début du mois suivant. La paie sera alors tombée; de quoi soulager les porte-monnaie… momentanément.

Aurélie Abadie et Lou Bes


...

Haut