Retrouvez-nous sur Google+ Facebook Twitter Linkedin My Space Netlog Friendfeed Flickr Foursquare Viadeo Skyrock Priceminister Sonico Auto-Entrepreneurs Battlefield Heroes hellocoton Vins du Sud-Ouest: Le Vin de Cahors revient en force sous la bannière "Malbec de France"
Bienvenue sur VINS du SUD-OUEST le site d'information du sud-ouest de la France

dimanche 10 juillet 2011

Le Vin de Cahors revient en force sous la bannière "Malbec de France"


Malbec de France

 

Château d'Arquiès 
Les vignerons et 20négociants en vin de Cahors,
 en plein marasme économique et identitaire il
 y a cinq ans, reprennent espoir depuis qu'ils
 sont passés à l'offensive internationale sous
 la bannière de leur cépage emblématique, le
 Malbec, qui a fait le succès des vins argentins
."Nous somme le seul vignoble de France à avoir progressé en 2009 à l'exportation, de 5,2% en
volume et de 6% en valeur, avec une hausse de
 29% aux Etats-Unis", souligne le coprésident
 de l'union interprofessionnelle du vin de Cahors (UIVC) Alain Janicot.La part des exportations approche désormais 20% et le directeur du
 marketing Jérémy Arnaud vise les 30% d'ici
 à deux ans, en ciblant le milieu de gamme
 (de 7 à 15 euros la bouteille) avec une nouvelle bouteille, gravée "Cahors Malbec".Ce cépage historiquement français a connu ses plus
 grands succès en Argentine (71% de la
production mondiale, contre 11% à Cahors)
 et l'UIVC a exploité cette parenté.Cahors,
 l'une des seules AOC françaises quasiment monocépage (le Malbec y entre en moyenne
 pour 85%), a ainsi épousé la tendance
 mondiale identifiant les vins par le cépage
 et non par le terroir.Il se retrouve en phase
 avec le développement des vins de cépages
 souhaité par le gouvernement français pour
 contrer l'érosion des vins français sur le marché mondial (17% en volume et 34% en valeur en
2009 contre 25% et 51% il y a 20 ans)."Nous avons plus d'atouts que d'autres pour prendre le
 train qui passe, en première classe", estime Jérémy Arnaud.Ce week-end, 400 acheteurs et
150 journalistes du monde entier arpentent le vieux pont de Valentré (XIVe siècle), pour y
rencontrer une centaine de producteurs, témoignant du retour en grâce du "vin noir", à
l'occasion des "deuxièmes journées internationales du Malbec" (21-23 mai).Alain Janicot se
 réjouit de voir acheteurs chinois, américains et canadiens déguster les vins et visiter les
 exploitations du "Cahors, the french Malbec" (Cahors, le Malbec de France). Il attend aussi
 3.500 amateurs de vins pendant le week-end."Nous avons été accueillis à bras ouvert l'an
 dernier en Chine, ils sont ici nombreux et je les retrouverai la semaine prochaine à Vinexpo
 Hong Kong, ils sont passionnés par le Malbec et par notre terroir, qui ajoute au vin une note
 de fraîcheur", explique ce négociant, pour lequel Cahors revient de loin.En 2002, rappelle-t-il, l'interprofession a explosé quand le président de l'époque Alain-Dominique Perrin (alors PDG
 de Cartier) a été mis en minorité sur un projet de hiérarchisation de l'appellation Cahors en crus, impliquant le déclassement de 15% environ des 4.500 hectares de ce petit vignoble.Les ventes
se sont alors effondrées de 240.000 à 170.000 hectolitres, l'image du Cahors souffrant d'une offre abondante de vin médiocre bradé en grandes surfaces. La surface du vignoble avait décuplé
 depuis l'attribution de l'AOC en 1971.Il a fallu deux ans pour relancer l'interprofession, quatre
 ans pour adopter le "plan stratégique" de 2006, visant à mieux valoriser le Cahors en France
 et à effectuer un bond à l'international, qui ne représentait que 8% des ventes en 2002, selon M. Janicot.Sur le marché intérieur, l'UIVC souhaite relancer, mais "avec plus de pédagogie"
envers les vignerons, son projet de "repositionnement" vers le haut de gamme.Si certains
 vignerons craignent que l'on bute toujours sur "la pression constante des grandes surfaces
sur les prix", l'UIVC mise sur ses succès à l'exportation pour "convaincre la grande distribution
 qu'on peut sortir le Cahors des bas de gondole premier prix".




...

Haut