Retrouvez-nous sur Google+ Facebook Twitter Linkedin My Space Netlog Friendfeed Flickr Foursquare Viadeo Skyrock Priceminister Sonico Auto-Entrepreneurs Battlefield Heroes hellocoton Vins du Sud-Ouest: Les physalies font voir rouge sur la plage
Bienvenue sur VINS du SUD-OUEST le site d'information du sud-ouest de la France

samedi 16 juillet 2011

Les physalies font voir rouge sur la plage


D'Ondres à Vieux-Boucau, la baignade a dû être fermée hier à cause des physalies. Les pompiers sont intervenus à 18 reprises pour des brûlures

 Même détachés du corps, les filaments de la physalie restent urticants.  photo archives « sud ouest »

Même détachés du corps, les filaments de la physalie restent urticants.PHOTO ARCHIVES « SUD OUEST


Avis de physalies hier vendredi sur les plages landaises. En milieu d'après-midi, les sapeurs-pompiers ont dû dépêcher un véhicule de secours depuis Dax jusqu'à Seignosse, le Samu ne parvenant plus à évacuer toutes les personnes brûlées et nécessitant d'être transportées vers l'hôpital de Dax ou Bayonne. Les plages d'Ondres, Labenne, Capbreton, Seignosse, Moliets, Messanges et Vieux-Boucau ont vu leur baignade fermée plus ou moins longtemps, le temps que s'éloignent ces cousines éloignées de la méduse, aux longs filaments transparents et urticants, qui apparaissent quand l'eau se réchauffe. Mercredi déjà, le drapeau rouge avait été hissé à Tarnos et Ondres pour les mêmes raisons.

Sable sec et mousse à raser
Au total, les sapeurs-pompiers landais sont intervenus à 18 reprises, à la demande du Samu, pour évacuer des baigneurs victimes de brûlures. Impossible en revanche d'avoir le nombre global de personnes prises en charge et des données plus précises, le poste de commandement basé à Moliets ayant désormais pour consigne de ne plus communiquer sur ce « sujet sensible » (!), il est vrai douloureux pour les vacanciers ayant rencontré ladite physalie. Une consigne venue d'en haut et très bien respectée par les postes de secours.
Reste donc à donner quelques conseils (gentiment dispensés par des connaisseurs) aux baigneurs qui ne pourraient éviter ce contact désagréable. Si le tentacule est toujours collé au corps, il faut le détacher, sans l'écraser, après s'être protégé la main bien sûr, en appliquant du sable sec ou en grattant avec un carton rigide. Rincer ensuite abondamment la plaie, qui brûle et pique, à l'eau de mer et non à l'eau douce. L'application de froid (s'il reste des glaçons dans la glacière ?) permet de soulager la douleur.
Les maîtres nageurs disposent aussi, dans leurs trousses de secours, de mousse à raser qui aide à décoller les filaments et à apaiser. Il peut donc se révéler utile de prévoir une bombe (de mousse à raser) à côté des tout aussi indispensables crèmes solaires. En cas de piqûre, il est aussi conseillé de surveiller le pouls et la fréquence ventilatoire. Ce que feront spontanément les sauveteurs si vous vous adressez à eux. Sur les sujets sensibles, le contact avec une physalie peut également provoquer des douleurs abdominales, des maux de tête, des nausées, des crampes musculaires, voire une perte de connaissance. Une consultation médicale est alors très vite nécessaire.
Même détachés du corps de ce peu avenant siphonophore marin, les filaments continuent à être urticants. Mieux vaut donc prévenir que guérir… ce qui ne signifie pas qu'il faut renoncer aux plaisirs du bain. Juste ouvrir l'œil et si le drapeau est rouge pour que le banc passe, attendre le feu vert sur le sable !
Par EMMA SAINT-GENEZ

mer et littoral · Landes · Vieux-Boucau-les-Bains



...

Haut