Retrouvez-nous sur Google+ Facebook Twitter Linkedin My Space Netlog Friendfeed Flickr Foursquare Viadeo Skyrock Priceminister Sonico Auto-Entrepreneurs Battlefield Heroes hellocoton Vins du Sud-Ouest: Opération séduction-contestation à Paris
Bienvenue sur VINS du SUD-OUEST le site d'information du sud-ouest de la France

vendredi 19 août 2011

Opération séduction-contestation à Paris


Fruits et légumes : opération séduction-contestation à Paris


Les agriculteurs avaient planté leurs stands place de la Bastille./AFP
Les agriculteurs avaient planté leurs stands place de la Bastille./AFP
Vente au « prix paysan », qui résulte du prix de revient du fruit ou du légume et de la rémunération satisfaisante de celui qui l'élève. C'était hier à Paris, place de la Bastille. Jean Morisset, agriculteur dans le Marmandais, expliquait à la clientèle qui se pressait devant le stand de la Confédération Syndicale Agricole des Exploitants Familiaux (Modef), que « la tomate vendue ici en direct lui est payée 80 ct le kilo alors que la grande distribution ne lui en donne que 40 cents ». Du producteur, au consommateur : des tomates, des nectarines, des prunes, des poires, des melons, des pommes de terre et des salades du Lot-et- Garonne, au total 40 tonnes de fruits et légumes frais vendus sans intermédiaire avec pour objectif d'attirer l'attention des consommateurs et de l'État sur l'effondrement des prix. « Le gouvernement doit prendre ses responsabilités et mettre en place un encadrement des marges dans la grande distribution, avec un calendrier d'importation pour ne pas importer quand nous nous produisons, et même prévoir une taxe sociale à l'importation pour rééquilibrer les prix des produits importés avec nos produits », expliquait Raymond Girardi, président du Modef. Deux salades pour 1 euro, 6 kg de tomates à 9 euros, 5 kg de pommes de terre à 5 euros… « A 10 h 30, il ne nous restait plus rien », déclaraient fièrement les agriculteurs. « Non seulement nous avons prouvé aux Parisiens qu'ils payent trop cher, mais on leur a dit notre détresse. Les marges de la grande distribution sont excessives. Nous vendons nos produits 20 ou 30 % en dessous du prix de production. Et la concurrence avec des pays où la main-d'œuvre est bien moins chère n'a jamais été aussi vive ».
Vente à prix coûtant, hier matin, place de la Bastille, de fruits et légumes du Lot-et-Garonne par les producteurs pour attirer l'attention de l'état et des consommateurs sur l'effondrement des prix.

Les syndicats reçus aujourd'hui au ministère de l'agriculture

Le directeur de cabinet du ministre de l'Agriculture fera le point aujourd'hui avec les syndicats sur la gestion de la fin de la campagne fruits et légumes qui va se poursuivre encore quelques semaines. Bruno Le Maire et son homologue espagnole, Rosa Aguilar, se rencontreront à Paris dans la première quinzaine de septembre pour « travailler à des propositions communes pour une meilleure régulation des marchés » de ces produits qu'ils défendront en commun lors de la réunion des ministres de l'Agriculture européens qui se tiendra à Bruxelles le 19 septembre..

 FRANÇOISE CARIÈS

...

Haut