Retrouvez-nous sur Google+ Facebook Twitter Linkedin My Space Netlog Friendfeed Flickr Foursquare Viadeo Skyrock Priceminister Sonico Auto-Entrepreneurs Battlefield Heroes hellocoton Vins du Sud-Ouest: AZF. De graves séquelles 10 ans après
Bienvenue sur VINS du SUD-OUEST le site d'information du sud-ouest de la France

mardi 20 septembre 2011

AZF. De graves séquelles 10 ans après

AZF. De graves séquelles 10 ans après

De nombreuses victimes souffrent encore de problèmes auditifs/Photo DDM, archives
De nombreuses victimes souffrent encore de problèmes auditifs/Photo DDM, archives
La CPAM a livré les premiers résultats d'une étude menée de 2003 à 2009 auprès d'un panel de 3 006 victimes de l'explosion de l'usine AZF. Dix ans après, 42 % des hommes interrogés et 60 % des femmes souffrent de symptômes dépressifs.
Dépression, stress, troubles auditifs, acouphènes… Dix ans après l'explosion d'AZF qui a fait 31 morts et plusieurs milliers de blessés le 21 septembre 2001, des Toulousains souffrent encore de séquelles importantes liées à la catastrophe. C'est ce que démontre une enquête menée auprès d'un groupe de 3 006 personnes qui se trouvaient dans le secteur le jour de la catastrophe. Ce groupe de témoins, baptisé « cohorte santé AZF » à la CPAM, a été constitué à partir des 11 618 dossiers d'assurés déclarés victimes de l'explosion (7 827 au titre du risque maladie, 3 791 au titre d'un accident du travail). 3 006 adultes ont été suivis jusqu'en 2009 au centre de santé de la CPAM place Saint-Étienne. Habitants des quartiers proches, salariés des entreprises implantées près du site AZF, sauveteurs, automobilistes… Ces personnes ont accepté de répondre à des questionnaires détaillés sur les conséquences professionnelles (arrêts de travail, évolution de carrière..) sociales, physiques, et psychologiques de la catastrophe. « Tous témoignent que ce jour-là quelque chose a basculé dans leur vie » observe le Dr Jean-Yves Fatras, médecin responsable du centre d'examens à la CPAM « Dix ans plus tard les gens ont vraiment besoin d'en parler. Cela m'a surpris ».
L'enquête témoigne de la persistance des troubles après l'explosion, tant au niveau psychologique qu'auditif, indique la CPAM. La situation s'est même aggravée. Les symptômes dépressifs qui concernaient 34 % des hommes et 50 % des femmes en 2005 étaient respectivement de 42 % et 60 % en 2007. « Les volontaires sont nombreux à déclarer encore un mal-être plusieurs années après », notent les médecins.
Dans le domaine de l'audition, les résultats de cette étude montrent l'importance des acouphènes 5 ans après l'explosion : 31 % des hommes et 24 % des femmes s'en plaignent toujours. L'hyperacousie (hypersensibilité de l'ouïe avec audition douloureuse de certains sons) concerne 26 % des hommes et 35 % des femmes. Ces problèmes auditifs, nombreux notamment parmi les salariés d'EDF, sont définitifs et difficilement appareillables.

UN ÉLÈVE SUR CINQ BLESSÉ

Dans les jours qui ont suivi l'explosion de l'usine AZF, l'institut de veille sanitaire, créé en 1999, avait mis en place un programme pour voir les conséquences de la catastrophe à court et long terme. Entre 2001 et 2003 trois séries d'enquêtes ont été réalisées, auprès d'enfants scolarisés, d'habitants et de travailleurs dans le périmètre proche d'AZF. Sur 14 000 questionnaires recueillis, la CPAM a mis en évidence une proportion importante de blessés : un élève sur cinq, un travailleur sur six, un habitant sur dix. Au lendemain de la catastrophe 5 000 personnes ont été mises sous antidépresseurs, anxiolytiques, somnifères… Les dépenses de soins, indemnités, pensions, rentes représentaient fin 2009, indique la CPAM, plus de 34,4 millions d'euros.

Les cérémonies

La plupart des associations de victimes, si divisées, seront, pour la première fois, côte à côte. Voici les différents rassemblements organisés.
À 9 heures, le collectif « Plus jamais ça » se réunit au rond-point du 21 septembre pour dénoncer le rôle de Total, propriétaire de l'usine, qu'ils jugent responsable de l'explosion. Nouveauté : Plus jamais ça partira ensuite en cortège pour participer à la commémoration officielle. Ils pourraient être rejoints par Eva Joly, candidate Europe écologie les Verts à la présidentielle.
Vers 10 heures, les anciens salariés de l'association Mémoire et solidarité seront sur le site pour leur cérémonie traditionnelle qu'ils ont accepté de décaler pour que ceux qui le veulent se rendent ensuite à la commémoration officielle.
À 10 h 17, c'est la commémoration officielle sur le site sans prise de parole. Le secrétaire d'État auprès de la ministre de l'écologie, Benoist Apparu, sera présent avec les élus locaux et des personnalités, Eva Joly, Jean-Claude Mailly (FO)… Presque toutes les associations viendront. Les Toulousains sont aussi conviés.
Le rendez-vous est fixé à 10 heures. A 10 h 17 sonneront les sirènes invitant les Toulousains à une minute de silence qui précédera, à 10 h 20, le rappel des noms des 31 victimes. Des gerbes seront déposées au pied de la stèle déplacée depuis la route de Seysses. Une autre minute de silence sera observée.
À 10 h 17, au rond-point du 21 septembre, les Sinistrés du 21, avec la CGT et son secrétaire général Bernard Thibault prendront, eux, la parole exiger la condamnation de Total.
À 11 heures, messe à la cathédrale Saint-Étienne.
A 15 h 45. En souvenir de ces jours difficiles, les agents présents en 2001 et l'ensemble du personnel en activité vont se retrouver pour un moment d'échanges autour d'une exposition rétrospective, à partir de 15 h 45, au Centre Hospitalier Gérard Marchant.

SYLVIE ROUX

...

Haut