Retrouvez-nous sur Google+ Facebook Twitter Linkedin My Space Netlog Friendfeed Flickr Foursquare Viadeo Skyrock Priceminister Sonico Auto-Entrepreneurs Battlefield Heroes hellocoton Vins du Sud-Ouest: À V'innopôle, on travaille sur une vigne sans herbicide
Bienvenue sur VINS du SUD-OUEST le site d'information du sud-ouest de la France

samedi 15 octobre 2011

À V'innopôle, on travaille sur une vigne sans herbicide


À V'innopôle, on travaille sur une vigne sans herbicide

Les ingénieurs de V'innopôle, Christophe Caviglio et Laure Gautier, devant une vigne qui se développe sans aucun herbicide. /Photo DDM, Jean-Marie Lamboley.
Les ingénieurs de V'innopôle, Christophe Caviglio et Laure Gautier, devant une vigne qui se développe sans aucun herbicide. /Photo DDM, Jean-Marie Lamboley.
Demain s'ouvrent au conseil régional de Midi-Pyrénées les Assises du développement durable(www.andd.fr). C'est l'occasion, à travers une série de cinq exemples, de publier divers éclairages sur cet enjeu majeur pour l'avenir.
Nom de code du projet : « 0 herbi viti ». Objectif : éliminer les herbicides du monde de la vigne, en supprimant le désherbage aux pieds des ceps.
« Dans le Sud-Ouest, 80 % des vignes sont enherbées. C'est un plus indéniable, pour éviter l'érosion des sols et réduire l'utilisation excessive des herbicides qui polluent l'eau des nappes phréatiques. Avec ce projet, nous voulons aller encore plus loin. » Éric Cerrano directeur de V'innopôle se veut confiant, même si le chemin est long. « L'objectif est de proposer de ne plus désherber sous les vignes. Nous avons créé des sites pilotes (Gers, Lot et Tarn), des exploitations vitrines, pour que les viticulteurs puissent voir l'intérêt du projet. »
Dans un monde voué à réduire ses nuisances chimiques sur l'environnement, où les consommateurs sont sensibles à des produits sains, l'idée a tout pour plaire.
« Les viticulteurs ont déjà fait d'énormes efforts ces dernières années. Le vin est bien meilleur et bien plus sain qu'il y a trente ans » rajoute le directeur de V'innopôle.
Alors, au centre régional du vin et de la vigne, les ingénieurs essaient, testent, analysent.
« Aujourd'hui, nous travaillons sur des semences qui ne consomment que très peu d'eau. Reste à régler le problème de l'azote, indispensable au bon développement de la vigne » reconnaît Éric Cerrano. Il ajoute : « Les premiers résultats démontrent une légère baisse de la production pour la première vendange. Une baisse vite résorbée l'année suivante. »
Autre entrave au développement du « 0 herbi viti ». Le prix des tondeuses spécifiques pour couper l'herbe sans abîmer les ceps. De 6000 à 8 000 euros. La somme peut rebuter. « C'est un marché porteur. On peut dire sans trop se tromper que les prix vont baisser et les machines s'améliorer » renchérit L'ingénieur Christophe Caviglio. Ce projet, soutenu par l'Agence de l'eau, dont le coût est estimé à 269 000 euros sur trois ans, devrait vite porter ses fruits écologiques.
Le directeur de V'innopôle respire l'optimiste : « Nos expériences sont là pour profiter à tous. Du vignoble haut de gamme au producteur de vin de pays. C'est tout l'intérêt du « 0 herbi viti » qui travaille dans le sens de l'histoire. Car, on peut aisément imaginer que dans les années futures, les herbicides seront totalement interdits. »


Le chiffre : 80 %

des vignobles > Du Sud-Ouest. Ce chiffre correspond à la surface qui est recouverte par l'herbe et qui n'est pas traitée par des herbicides. Le Sud-Ouest est le meilleur élève de l'Hexagone.


http://fr.kgbpeople.com/?ref=6afdc17
...

Haut