Retrouvez-nous sur Google+ Facebook Twitter Linkedin My Space Netlog Friendfeed Flickr Foursquare Viadeo Skyrock Priceminister Sonico Auto-Entrepreneurs Battlefield Heroes hellocoton Vins du Sud-Ouest: Dans 100 ans, il n'y aura plus de cognac à Cognac
Bienvenue sur VINS du SUD-OUEST le site d'information du sud-ouest de la France

lundi 30 janvier 2012

Dans 100 ans, il n'y aura plus de cognac à Cognac

Dans 100 ans, il n'y aura plus de cognac à Cognac

Jean-Pascal Goutouly tire la sonnette d'alarme. Le réchauffement climatique pourrait empêcher, à terme, la fabrication des eaux-de-vie à Cognac si rien n'est fait.

Signe de réchauffement climatique, on a vu cohabiter à la fin de l'automne dernier dans les vignes jeunes pousses tendres et feuilles mortes (photo archives Solange Tellier).

Signe de réchauffement climatique, on a vu cohabiter à la fin de l'automne dernier 

dans les vignes jeunes pousses tendres et feuilles mortes (photo archives Solange Tellier).

Depuis plusieurs années, Jean-Pascal Goutouly, chercheur à l'Inra (Institut national de la recherche agronomique) de Bordeaux, tente de sensibiliser aux conséquences du réchauffement climatique sur la culture de la vigne dans sa globalité. Aujourd'hui, Vitibio, l'association des vignerons bio du Poitou-Charentes, a invité le chercheur pour une conférence sur les effets dévastateurs du changement climatique et de l'évolution qu'il engendrera sur la vigne.

« Sud Ouest ». Comment se caractérise ce réchauffement climatique ?
Jean-Paul Goutouly. Les stations météorologiques de Saintes et de Cognac ont montré une augmentation d'1 °C sur le siècle passé. 1 °C, ça peut paraître peu, pourtant cette augmentation a des conséquences irrémédiables sur la culture de la vigne. Elle se caractérise surtout l'été, où les températures sont beaucoup plus élevées qu'avant. En août, les températures sont 6 à 8 °C plus importantes. Et plus il fait chaud, plus ça pousse vite. Le BNIC (Bureau national interprofessionnel du cognac) a enregistré que les vendanges se font avec 21 jours d'avance par rapport à 1976.
Quelles conséquences ces évolutions de température ont sur la culture du cognac ?
Là où cette augmentation des températures peut être bénéfique pour la qualité du vin, comme à Bordeaux par exemple, pour le cognac, elle a de graves conséquences.
À savoir que les raisins doivent avoir une certaine acidité pour mieux conserver ensuite l'eau-de-vie et ne pas être trop riches en sucre. Avec l'ensoleillement, c'est exactement le contraire qui arrive. Les raisins mûrissent plus vite, sont plus riches en sucre et en acidité. Les cognacs ont alors une concentration des arômes moins importante.
Quelles solutions sont alors possibles ?
Il faudrait tout simplement replacer la maturité de la vigne plus tard, fin septembre, début octobre. Mais le problème se déplacerait alors sur les pluies. Il faut chercher des clones et des portes greffes tardifs. Depuis 2008, le BNIC a mis en place une sélection de 700 clones en récolte suivie.
Avec le réchauffement, est-ce que le paysage viticole va profondément changer et jusqu'où les limites de la culture du cognac pourraient-elles se modifier ?
Tout dépendra des scénarios climatiques. Peut-être sommes-nous sur une étape plateau. Les températures vont peut-être se stabiliser. Si l'augmentation continue, ne plus faire de cognac à Cognac pourrait arriver en fin de siècle. C'est pourquoi il faut prévenir ces incertitudes et chercher des solutions maintenant, pas en 2050. Il y a plusieurs façons de le faire. Changer les orientations d'ensoleillement. Les vignes sont plantées dans une orientation Nord/Sud, ainsi, elles bénéficient du soleil toute la journée et sur toutes les faces du raisin. Changer les orientations en Ouest/Est serait plus optimal pour que la chaleur ait moins d'impact. Il faut faire des essais et prendre en exemple l'Espagne ou l'Australie qui sont déjà confrontées à ce genre de scénario climatique.

Assemblée générale de Vitibio aujourd'hui à 13 h 30. Conférence « L'évolution de la vigne avec le changement climatique » par Jean-Pascal Goutouly aujourd'hui à 15 h 30 à la salle polyvalente de Salles-d'Angles.
Par Sophie Carbonnel



...

Haut