Retrouvez-nous sur Google+ Facebook Twitter Linkedin My Space Netlog Friendfeed Flickr Foursquare Viadeo Skyrock Priceminister Sonico Auto-Entrepreneurs Battlefield Heroes hellocoton Vins du Sud-Ouest: Yannick Noah répond aux attaques de l'UMP
Bienvenue sur VINS du SUD-OUEST le site d'information du sud-ouest de la France

mercredi 25 janvier 2012

Yannick Noah répond aux attaques de l'UMP

Polémique de la semaine : Yannick Noah, soutien d'Hollande, répond aux attaques de l'UMP
Yannick Noah, qui avait soutenu Ségolène Royal en 2007, a choisi sans surprise d'apporter son aide au candidat PS François Hollande pour les élections présidentielles à venir. Mais sa présence lors du meeting donné par le socialiste au Bourget le 22 janvier dernier a été vivement montrée du doigt par l'UMP et a servi de prétexte pour critiquer François Hollande.
"Un homme qui prétend être irréprochable, en matière notamment fiscale et qui fait intervenir en première partie de son meeting un chanteur qui doit 580 000 euros au fisc français n'est pas crédible", a commenté Valérie Rosso-Debord, déléguée générale adjointe de l'UMP, sur BFMTV. Pour le site d'informations Atlantico, "ce n'est pas avec des people milliardaires et exilés fiscaux que la gauche regagnera les votes populaires".
Le 24 janvier, interrogé sur France Inter, Yannick Noah a expliqué pourquoi il n'a rien à se reprocher. Le chanteur explique que "le fisc (lui) réclame des impôts depuis 1994". "Je suis un citoyen comme tout le monde et je pense que je peux défendre mes droits. Ou je ressors tranquillement et je sortirais les mains dans les poches, ou alors j'ai à payer et à ce moment-là je paierais", assure-t-il. "Quant à ma résidence, suivant les jours, une fois je suis Américain, l'autre fois je suis Français. Je paie mes impôts depuis toujours ici, même lorsque je vais voir mes enfants aux États-Unis", se défend-t-il. 
Yannick Noah estime que "c'est de bonne guerre" que l'UMP l'attaque, puisqu'il soutient le candidat socialiste : "À partir du moment où j'ai décidé de m'afficher au côté du candidat qui incarne pour moi le changement, c'est-à-dire M. François Hollande, c'est vrai que forcément je me retrouve être la cible de l'équipe d'en face". En revanche, il regrette qu'"on commence à tirer un petit peu sous la ceinture".
(Photo © Abaca)



...

Haut