Retrouvez-nous sur Google+ Facebook Twitter Linkedin My Space Netlog Friendfeed Flickr Foursquare Viadeo Skyrock Priceminister Sonico Auto-Entrepreneurs Battlefield Heroes hellocoton Vins du Sud-Ouest: 7300 foyers toujours sans chauffage
Bienvenue sur VINS du SUD-OUEST le site d'information du sud-ouest de la France

mercredi 8 février 2012

7300 foyers toujours sans chauffage


Quartier du Mirail : 7300 foyers toujours sans chauffage

La nuit dernière, l'équipe de la mairie attendait les habitants dans le gymnase de la Cépière. / Photo DDM Léa DonnatLa nuit dernière, l'équipe de la mairie attendait les habitants dans le gymnase de la Cépière. / Photo DDM Léa Donnat
7 300 foyers de Toulouse ont passé deux nuits et une journée sans chauffage ni eau chaude. Un tuyau du réseau chaleur de la ville a cédé. Des gymnases ont été ouverts.
« Ce n'était vraiment pas le moment », se désespère une mère de famille. Comme dans 7 300 foyers du quartier du Mirail, son appartement a été privé de chauffage et d'eau chaude pendant plus d'une journée. Quinze écoles, une maison de retraite et plusieurs entreprises ont été logées à la même enseigne. L'université du Mirail a été fermée pour la journée. À l'heure des premiers cours hier, des pompiers ont vérifié que personne n'entrait sur le site. Elle doit rouvrir ce mercredi à 13 heures. En tout, ce sont 11 000 bâtiments qui ont frôlé les 13 degrés. Lundi vers 17 heures, les radiateurs ont commencé à refroidir. Au départ, les habitants ont pensé tout de suite à l'incinérateur de déchets de la SETMI qui assure le chauffage dans tout le quartier. Mais dans la nuit, le verdict tombe sans appel : une canalisation des 18 kilomètres de réseau de chauffage a cédé. Les équipes techniques d'Eneriance, délégataire du service public sur Toulouse, ont traqué toute la journée la fuite. À 17 h 30, ils ont réussi à la localiser : des grands bouillons d'eau chaude jaillissaient dans les tranchées levées par la pelle mécanique. Au pied de l'immeuble Tintoret, rue du Recteur Dottin à Bellefontaine. Juste en face de l'incinérateur et de sa grande cheminée. Les travaux de colmatage et renforcement ont démarré vers 19 heures hier. « Sauf problème particulier, il nous faudra près de quatre heures », explique Jean-Baptiste Angebault, directeur technique sur le chantier. « A priori, les canaux ont été endommagés parce que la plaque de béton qui les protégeait était cassée à cet endroit », poursuit-il. Le froid n'a pas dû aider les tubes vieux comme le réseau, construit à la fin des années 1960. Pour le rétablissement du chauffage, les habitants ont dû encore s'armer de patience. « Le temps que l'on chauffe progressivement, tout devrait revenir à la normale en principe ce matin », annonce avec prudence Yves Lederer, président d'Eneriance. En attendant, des gymnases ont été ouverts par la mairie pour accueillir les habitants du quartier.

Des hébergements dans le gymnase

Depuis 18 heures hier soir, la mairie a mis à disposition un hébergement pour les habitants du Mirail qui souffraient du froid dans leurs logements. Des navettes Tisseo ont circulé en direction des gymnases chauffés de la Cépière, Gironis, Bagatelle, Pradettes et La Faourette. Dans la nuit, des lits de camps ont été acheminés depuis Marseille par des militaires. 1 200 places en tout ont été aménagées par les personnels techniques de la municipalité avec couvertures, vivres, etc. Si aucun habitant n'était venu se réfugier en début de soirée, « la mairie maintient l'accueil au moins toute la matinée », selon Claude Touchefeu, adjointe au maire. Pau.C.

À la maison de retraite, plus d'eau, ni de chauffage

La maison de retraite Bellefontaine, située dans le quartier du Mirail était hier, elle aussi, sans chauffage et sans eau. Tout au long de la journée, le personnel à essayer de parer aux problèmes les plus urgents. En priorité, tout a été mis en œuvre pour protéger les pensionnaires du froid qui s'est petit à petit installé dans l'établissement. Si le matin, les températures intérieures restaient clémentes, le début d'après-midi est devenu rude pour les résidants âgés. Jointe par téléphone, la directrice a assuré faire « du cas par cas, pour le meilleur confort». Ainsi, les 24 résidents les plus fragiles ont été pris en charge par d'autres établissements dépendants du centre communal d'action sociale C.C.A.S, organisme qui gère les maisons de retraite de Toulouse. Les plus valides, qui avaient de la famille dans la région prête à les accueillir, sont allés dormir chez eux. En revanche, pour les 39 autres, ils étaient toujours sur place en fin d'après-midi. Ils ont été réunis dans la salle commune avec des chauffages d'appoint, ils ont été pris en charge par le personnel, qui a «été triplé pour l'occasion», selon la mairie. Les écoles, crèches, et haltes-garderies ont égalements souffert de la pénurie de chaleur. C.A

La température baisse dans les logements

Le thermomètre signalait entre 13 et 15 degrés selon les appartements visités hier après-midi. Au Mirail, Léo Antolin, restraité ne quitte pas sa polaire. Lui et sa femme Josette on constaté lundi soir que ni le chauffage, ni l'eau chaude n'arrivait dans leur foyer. «On avait déjà eu une panne comme ça en décembre 2009. Mais ce n'est pas un drame national tant que cela ne dure pas des jours. Je pense que c'est évidemment plus difficile pour les familles avec enfants en bas âge.» Chez Elise, mère au foyer, on reste beaucoup moins calme. «Pour l'instant, j'ai un petit chauffage céramique. Pour me doucher, j'utilise la bouilloire. Mes enfants ados vont à l'école pas loin, alors ils n'ont pas de chauffage du tout, ni à l'école, ni à la maison. Je ne comprends pas comment la mairie n'a pu réfléchir à une alternative de chauffage dans le cas d'une telle panne. Ma belle-mère, actuellement à l'hôpital, est censée sortir aujourd'hui. Elle a 73 ans. Si l'on n'a toujours pas de chauffage, je fais quoi, je demande à l'hôpital de la garder?» La solidarité s'organise, même au delà du quartier. Frédéric, un papa Toulousain, a entendu parlé de la panne de chauffage sur le net. «Je mets à disposition ma chambre d'ami à un père ou une mère et son enfant.»
Pau. C.

Les équipements publics fermés

En attendant la remontée en température qui se fera progressivement ce matin, les équipements publics, faculté du Mirail, écoles, collèges, les crèches Nougaro et Jean-Gilles, seront encore fermés aujourd'hui pour privilégier le chauffage des logements privés. Les accueils de loisirs élémentaires seront assurés. Pour les maternelles, si les parents ne peuvent faire autrement, des garderies seront organisées à proximité des établissements dans des lieux chauffés. La nuit dernière, la mairie de Toulouse avait aussi ouvert cinq gymnases à Bagatelle, aux Pradettes, à Gironis, La Faourette et La Cépière, dotés de lits et de couvertures. Des associations de quartier ont aussi ouvert leurs locaux en début de soirée autour de boissons chaudes mises à disposition par la ville.

Du froid, mais pas de records

Cette météo de février est-elle exceptionnelle ?
Non et les records sont loin d'être battus. On a déjà enregistré des -19,2 °C la nuit, un 15 février et du -10 °C en journée… un 10 février, selon les services de Météo France. Rassérénant. Pour le reste, les prévisions pour la semaine n'ont pas bougé. C'est aujourd'hui mercredi qu'il devrait faire le plus froid avec un ciel un peu plus nuageux. Soit -8 °C au petit matin et au mieux un zéro pointé en journée. Demain, ce sera un poil plus chaud avec des nuages, avant un retour à de bonnes gelées samedi et dimanche. Bref, pour ceux qui l'auraient oublié nous sommes au cœur de l'hiver. Quant à savoir s'il s'agit là d'un effet du réchauffement climatique avéré ou fantasmé (la météo n'en est pas à un paradoxe près), les spécialistes refusent de se prononcer. Le débat peut con tinuer à faire rage.
G.-R. S.

en bref

Pas de transport scolaire

Les températures sont toujours négatives aujourd'hui et le risque de verglas bien réel. Aussi le conseil général a décidé de maintenir ce mercredi la suspension des transports scolaires. Le réseau des bus Arc en Ciel a repris progressivement dès hier après-midi et devrait fonctionner normalement. La circulation sur réseau routier reste délicate voir difficile sur le réseau secondaire. Le conseil général appelle tous les usagers à faire preuve de prudence dans leurs déplacements sur le réseau routier. www.haute-garonne.fr

Le câble cède sous l'effet du froid

Un incident électrique est survenu dans la nuit de lundi à mardi sur un câble haute tension de 20 000 W à la sortie d'un poste haute tension de Balma, alimentant une partie des quartiers de Croix Daurade, Montblanc et Nicol. Ce défaut a entraîné la coupure de 24 postes de transformation de distribution publique, soit quelque 6 000 clients de ce secteur ont été concernés par cette défaillance. Les conditions de température extrêmement rigoureuses ont compliqué les conditions de réalimentation hier. En raison des fortes consommations, ERDF a été amenée à suspendre provisoirement l'alimentation électrique d'un peu plus de mille clients de manière cyclique et pour une durée d'environ une heure trente, essentiellement dans le quartier de Croix Daurade. La panne affectant des câbles souterrains haute tension avait été au préalable localisée par les techniciens d'ERDF au niveau du rond-point du CEAT (Centre d'Essais Aéronautiques de Toulouse) à Balma. La réalimentation normale devait intervenir en début de soirée hier.



...

Haut