Retrouvez-nous sur Google+ Facebook Twitter Linkedin My Space Netlog Friendfeed Flickr Foursquare Viadeo Skyrock Priceminister Sonico Auto-Entrepreneurs Battlefield Heroes hellocoton Vins du Sud-Ouest: La noix du Quercy vedette internationale
Bienvenue sur VINS du SUD-OUEST le site d'information du sud-ouest de la France

jeudi 10 mai 2012

La noix du Quercy vedette internationale


Cahors. La noix du Quercy vedette internationale


La noix du Quercy vedette internationale
La coopérative Valcadis de Baladou affiche une santé économique insolente avec une croissance en forte hausse, soutenue par l'exportation qui représente 80% de sa production.
En 2009, la société Valcadis inaugurait sa station fruitière de 2 400 m2 pour laquelle elle a investi 1,5 million d'euros.
Deux ans plus tard, elle agrandissait déjà le site de 600 m2 pour accompagner sa croissance non stop due à la hausse de ses exportations.
« Autrefois, nous exportions 20 % de notre production contre 80 % au marché intérieur. Aujourd'hui c'est l'inverse », indiquent éric Barras et Georges Bouat, respectivement directeur de Valcadis et responsable de la station de Baladou.
Une embellie à l'export que le premier opérateur lotois (avec 1 800 tonnes de noix et 500 t de cerneaux produites chaque année) est allé se gagner sur le terrain, en taillant des croupières à la noix américaine.
« La noix américaine est plus fade car cueillie avant maturité pour le transport. La noix du Quercy est de meilleure qualité et plus proche ».
L'an dernier, Valcadis a exporté 800 t de noix vers l'Espagne, 150 t vers l'Allemagne, 120 t vers la Belgique, 20 t vers la Grèce et 170 t hors CEE (Magrheb, Dubaï). Le marché français représente entre 400 t et 500 t.
Chaque jour, des tonnes de noix arrivent à Baladou, sont triées, calibrées, précassées mécaniquement, puis à nouveau triées et cassées à la main pour les cerneaux dont 40 % partent à l'export, les 60 % autres réservés pour le marché local et national (dont Rungis).
Les noix sont conditionnées par sacs de 500 g jusqu'à 5 kg et 10 kg : « Les pays du Nord préfèrent les grosses noix claires. Les pays du Sud préfèrent des noix moins chères, plus petites mais s'y connaissent vraiment en qualité », poursuit Georges Bouat.
La part de bio est encore marginale : « Quelques producteurs sont en conversion. Nous avons aussi quelques demandes. Mais, de manière générale, la noix jouit déjà d'une image de produit naturel et traditionnel, bon pour la santé (lire ci-dessous NDLR) grâce à ses nombreuses qualités nutritionnelles », explique Georges Bouat
Valcadis compte au total 32 salariés dont 10 permanents à la station de Baladou ; les autres étant répartis sur les magasins à Souillac, Martel et Fajoles. Entre 6 et 10 personnes peuvent renforcer l'effectif durant la saison.
« Nous sommes équipés pour une production allant jusqu'à 2 500 tonnes par an. Ensuite, il faudra de nouveau s'agrandir ».

Une bonne santé à la noix

Qu'elle s'appelle La Franquette, Marbot, Fernor ou Lara, comme pour le cochon, tout est bon dans la noix. à commencer par le brou que l'on utilise pour concocter le délicieux vin de noix, dès le mois de juillet. L'une des raisons expliquant le boum de la noix française à l'export réside dans ses bienfaits nutritionnels : «La noix fait parfois partie de prescriptions médicales». Aussi, Valcadis a décidé de meiux faire connaître ces bienfaits nutritionnel via un fascicule à destination des clients : «La noix est naturellement riche en oméga 3 (12%), acides gras poly-insaturés qui participent au bon fonctionnement du système cardio-vasculaire et contribuent à lutter contre le mauvais cholestérol. 3 à 5 noix par jours apportent la dose recommandée de 2 g journaliers d'omega 3. La noix est aussi un aliment énergétique car riche en potassium, en zinc et en cuivre: un coup de pouce naturel pour les sportifs. Son taux de phosphore est un excellent stimulant pour la mémoire. La noix est par ailleurs riche en minéraux comme le magnésium anti-stress; riche en vitamines B1, B2 et E qui retardent le vieillissement et le processus de cancerogénèse.

LA COQUILLE POUR LE CHAUFFAGE OU POLIR LE MÉTAL

La noix est riche en acides gras essentiels (12% d'oméga 3 et 60% d'oméga6 acide linoleique), non synthétisés par l'organisme mais indispensables au développement du cerveau et de la rétine. 100 g de cerneaux de noix contiennent : 93mg de calcium; 159 mg de magnesium et 359 mg de phophore.
Enfin, la coquille de noix est un excellent combustible de chauffage, avec un rendement deux fois supérieur au fioul. Valcadis alimente ainsi la chaudière bois de son magasin souillaguais. Mais la grande majorité des tonnes de coquilles de noix est achetée par une société provençale : après broyage, la coquille devient un sable très abrasifutilisé pour polir les métaux.

le chiffre

Le chiffre : 6

millions d'euros> chiffre d'affaires. En trois ans, Valcadis a vu son chiffre d'affaires passer de 3 millions d'euros à 6 millions l'an dernier. Si la météo ne vient pas mettre des bâtons dans les roues, elle prévoit d'atteindre 8m€ de chiffre d'affaires d'ici 3 ans.

Des prix soutenus

Le marché mondial de la noix étant déficitaire, les prix demeurent soutenus, permettant une rémunération intéressante.
Ainsi, le prix payé au producteur, selon la qualité de la noix va de 2,40 € à 2,50 € le kilo.
Le prix du cerneau payé aux producteurs va de 2 € à 3 € le kilo pour les cerneaux les plus foncés (destinés à la production d'huile), en passant par 4 € ou 5 € le kilo pour une couleur un peu plus claire (pâtissiers) ; et de 9 € à 10 € le kilo pour les plus clairs (vente au détail).
La meilleure conservation pour la noix est dans un endroit frais (6° à 8°) et sec, l'humidité étant l'ennemi numéro 1.
Le groupement de producteurs Valcausse compte actuellement 100 adhérents apportant 60 % de la production. Au total, Valcausse compte 200 apporteurs.
« Autrefois, la noix était un souvent un complément de revenu. Aujourd'hui, le secteur se professionnalise avec des groupements de producteurs souvent jeunes. Aujourd'hui, la moitié des adhérents tire l'essentiel de ses revenus de la noix », poursuit Georges Brouat. Chaque année, une cinquantaine de producteurs plantent des noyers, environ 40 hectares au total.


...

Haut