Retrouvez-nous sur Google+ Facebook Twitter Linkedin My Space Netlog Friendfeed Flickr Foursquare Viadeo Skyrock Priceminister Sonico Auto-Entrepreneurs Battlefield Heroes hellocoton Vins du Sud-Ouest: Flambée des ventes d'armagnac en Chine
Bienvenue sur VINS du SUD-OUEST le site d'information du sud-ouest de la France

vendredi 24 août 2012

Flambée des ventes d'armagnac en Chine


Flambée des ventes d'armagnac en 2012


Le Pays d'Armagnac
Les ventes d'armagnac sont plus florissantes que jamais. En un an, elles ont progressé de plus de 7,3 % grâce notamment à la demande chinoise qui a flambé : +230 % ! En conséquence, il va falloir distiller davantage l'hiver prochain.
Avec l'équivalent de 5,5 millions de bouteilles vendues ces douze derniers mois, l'armagnac tire au mieux ses marrons du feu sur un marché mondial des spiritueux en plein développement. Alors que la progression annuelle des ventes d'Armagnac flirte avec les 7 %, elle a atteint 13 % entre juillet 2011 et le mois dernier. Cette «flambée» de la demande ne s'apparente donc pas à un feu de paille. La Chine (lire notre encadré) avec 230 % de consommation en plus mais aussi le Japon (+57%), la Grande-Bretagne et les États-Unis (+13%) sont les moteurs de cette montée en flèche des ventes.
«Aujourd'hui nous vendons 60 % à l'exportation, c'était du 50-50 il n'y pas si longtemps» précise Pierre Tabarin le président du Bureau national interprofessionnel de l'Armagnac (BNIA) pour qui tous les indicateurs sont au vert. «Non seulement les ventes progressent continuellement mais l'activité bouteille bien meilleure en valeur ajoutée que celle liée aux produits dérivés, est dans la même dynamique. 65 % actuellement soit 10 points de mieux qu'il y a 4 ans». Positive aussi pour le président du BNIA, la consommation hexagonale : certes moins volumineuse mais plus qualitative au profit de l'Armagnac ayant… pris de l'âge. Autre satisfaction pour Pierre Tabarin : «Nous avons 7 ans de stocks, ce qui est bien. Ils atteignaient les 20 ans, ce qui était financièrement insupportable, vers 1990 quand l'armagnac a subi sa dernière grande crise».
Dans ce contexte des plus «porteurs», la filière armagnac doit continuer à viser juste. Produire «plus» mais pas «trop», résume Pierre Tabarin. Il affirme que l'interprofession estime à 27 000 hectolitres (contre 21 000 l'année dernière) le volume de vin à distiller lors de la prochaine campagne hivernale. Comme la vendange 2012 s'annonce abondante, le vin à distiller ne devrait pas manquer. À moins que son prix d'achat (42 centimes le litre) jugé «bien trop bas» par beaucoup de viticulteurs, ne les détourne du chemin menant à l'alambic. Mais gageons que les Armagnacais sauront s'entendre pour que l'armagnac ne pâtisse pas d'un… manque pas de vin.

LES CHINOIS DÉTOURNÉS DE L'ALCOOL DE RIZ

Des ventes en hausse de 230 % en un an ! Mais que se passe-t-il en Chine pour que l'armagnac y connaisse une telle embellie ? D'une part, explique le président du BNIA, une large classe moyenne émerge, avec un bon niveau de vie et l'envie de goûter aux bonnes choses, notamment en provenance de France. Mais aussi l'action des autorités chinoises qui «invitent» les amateurs d'alcool fort à se détourner des alcools de riz (réservé aux besoins alimentaires) au profit des alcools de vignes. Un «détournement» dont profite bien à l'armagnac…



...

Haut