Retrouvez-nous sur Google+ Facebook Twitter Linkedin My Space Netlog Friendfeed Flickr Foursquare Viadeo Skyrock Priceminister Sonico Auto-Entrepreneurs Battlefield Heroes hellocoton Vins du Sud-Ouest: La crainte d'un nouveau phylloxera
Bienvenue sur VINS du SUD-OUEST le site d'information du sud-ouest de la France

lundi 4 février 2013

La crainte d'un nouveau phylloxera

Ils traquent le champignon tueur de vigne

Depuis le IVè siècle, on fabriquait son vin à partir de ses vignes
 Le labo de biologie moléculaire de l'école d'ingénieurs de Toulouse-Purpan est en pointe dans la lutte contre l'esca, un champignon tueur de ceps. Chercheurs et étudiants essayent de trouver la parade à ce parasite qui touche tous les cépages.
Non, les étudiants du labo tout neuf ne travaillent pas sur un projet de culture hors sol de la vigne. Même si les ceps de vigne poussent ici, très nombreux, dans les locaux tout neufs du laboratoire de physiologie végétale-biologie moléculaire. Quelques chercheurs et étudiants de l'école d'ingénieurs de Purpan, portant blouse blanche et gants bleus s'affairent autour des ceps au panache de feuilles vertes.
Le labo toulousain (qui travaille avec l'Ensat) est l'un des principaux en France à lutter contre l'esca, une maladie liée à des champignons qui se développent et tuent les ceps de vigne. «Nous essayons de comprendre comment la maladie s'attaque aux ceps, l'esca est une cause de moralité importante de la vigne, responsable de 10 % de perte de la production viticole et touchant 80 % du vignoble français», explique Alban Jacques, enseignant chercheur, «d'où l'importance de nos recherches. Nous faisons pousser des ceps en accéléré - la maladie met normalement dix ans à se développer- que nous infestons volontairement de champignons parasites pour comprendre comment ils se développent», poursuit le chercheur.

La crainte d'un nouveau phylloxera

Certains cépages subiraient des pertes allant jusqu'à 30 %. Des vignobles comme le muscadet ne tiendraient plus les rendements à cause de ce fléau qui inquiète les viticulteurs, craignant un nouveau phylloxera, qui avait détruit le vignoble français au XIX e siècle.
«La maladie ravage les vignobles depuis que l'arsenite de soude, trop dangereux, a été interdit pour traiter les ceps. Nous travaillons sur la stimulation naturelle des défenses de la plante ou sur des agents de bio-contrôle tels que bactéries ou champignons (les bons champignons empêchant les mauvais de s'insinuer dans les ceps.

Au temps des Romains

L'esca est une des plus anciennes maladies de la vigne, déjà connue des Romains, due à des champignons parasites qui pénètrent par les plaies de taille. Ils détruisent le bois du ceps devenant mou et friable. La maladie proviendrait de divers champignons à dissémination aérienne ou par greffe.

11 équipes de chercheurs

Onze équipes de recherche travaillent dans les labos tout neufs, récemment inaugurés officiellement, de l'école d'ingénieurs de Purpan, dans des secteurs aussi variés et pointus que les micronutriments, le terroir, l'élevage et la qualité des produits, les qualités biologiques et technologiques des matières premières végétales, la dynamique des intrants dans les agro-écosystèmes, l'agroalimentaire, la télédétection et la gestion des territoires, la biodiversité, l'agriculture et l'environnement, la création et la gestion d'entreprises, le marketing et, bien sûr, la filière vin et l'œnologie.

Le chiffre : 10

%> de perte de production en France. Sont provoqués par champignon tueur de ceps qui toucherait 80 % du vignoble français. La maladie met 10 ans à se développer.
Pour être vu sur le NET : Votre publicité sur La Boutique des Bonnes Affaires
Vivre Mieux en cliquant ICI

...

Haut