Retrouvez-nous sur Google+ Facebook Twitter Linkedin My Space Netlog Friendfeed Flickr Foursquare Viadeo Skyrock Priceminister Sonico Auto-Entrepreneurs Battlefield Heroes hellocoton Vins du Sud-Ouest: L'agneau fermier du Quercy 30e anniversaire
Bienvenue sur VINS du SUD-OUEST le site d'information du sud-ouest de la France

vendredi 1 mars 2013

L'agneau fermier du Quercy 30e anniversaire

L'agneau fermier du Quercy fête son trentième anniversaire en majesté
James SCHILTZ
Il est né d'une révolte
Les éleveurs Lotois ont fêté le 30e anniversaire de l'agneau fermier du Quercy en compagnie du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, du président du Sénat Jean-Pierre Bel et de Martin Malvy, président du Conseil régional.
Dans les bras du ministre de l'Agriculture, la star porte ses traditionnelles lunettes noires de Caussenarde, pour la photo. Noires comme ses oreilles aux boucles numérotées. 30473… le numéro de la chance, en l'occurrence, puisqu'il est celui de l'agneau immortalisé avec Stéphane Le Foll en ce jeudi 28 février 2013… cet agneau fermier du Quercy qui fête en grande pompe les 30 ans de son label en ce Salon de l'Agriculture du Cinquantenaire, sur le stand du Lot où défilent les personnalités. Le président du Sénat Jean-Pierre Bel, ce matin. Et le ministre de l'Agriculture, cet après-midi, accueilli par le président du Conseil régional et… ancien député du Lot Martin Malvy qui, il y a 30 ans, était du combat pour sauver ce produit et créer ce que l'on n'appelait pas encore une filière de qualité ou d'excellence. L'une des premières labellisées en France…

Né d'une révolte

L'agneau fermier du Quercy ? «Il est né d'une révolte», se souvient Francis Alayrac, 61 ans, président du label rouge des agneaux de Midi-Pyrénées qui à l'époque était de ces jeunes éleveurs lotois dont les commandos arrêtaient les camions arrivant dans son département chargés d'agneaux des pays de l'est pour escroquer le chaland à l'étiquette bidonnée. «Les gros importateurs achetaient des cargaisons entières de ces bêtes médiocres puis les confiaient à des éleveurs de chez nous pour les engraisser avant de les faire tuer juste pour obtenir la mention «abattu dans le Lot». C'était payé de 5 à 10 francs par tête, selon qu'ils les gardaient un ou deux mois. Les gens préféraient avoir 3 000 à 4 000 agneaux par hiver par famille que d'avoir trop de brebis mais c'était une faible de plus value et une image de mauvaise qualité», poursuit-il.
Alors, la colère a pris les jeunes agriculteurs. «On a monté des commandos pour arrêter les camions et ce qui a tout fait basculer, c'est quand on a gardé un troupeau de 300 agneaux dans la cour de la préfecture avant de le conduire à l'abattoir.» La suite ? Après avoir obtenu le label Midi-Pyrénées, grâce à un rigoureux cahier des charges, l'agneau fermier du Quercy est devenu le premier label rouge de Midi-Pyrénées.
«Il est élevé sous la mère jusqu'à 70 jours, puis en complément du lait on lui donne des céréales et du foin jusqu'à l'âge de 150 jours, maximum, puisqu'au delà, il ne peut pas être labellisé», rappelle au ministre Jean-Claude Goudoubert, éleveur à Floirac et président du syndicat. Bref, il ne doit être «ni trop gros, ni trop gras, ni trop maigre, ni troup rouge, ni trop vieux», résume Francis Alayrac qui a vu se construire la filière jusqu'à la voir représenter aujourd'hui 350 éleveurs pour 50 000 agneaux labellisés (vendus en moyenne 120 € pièce) sur les 150 000 de Midi-Pyrénées et distribués à travers 300 points de vente en France.
Une merveille de côtelette qui fond en bouche, posée à côté d'un fromage de Roacamadour, comme il se doit en tant qu'autre réussite de qualité… Un gâteau préparé par les élèves du lycée hôtelier de Souillac, pour souffler les bougies… «J'étais jeune député et on s'était déjà adressé à la Région et on avait obtenu une subvention de 500 000,00 francs pour lancer l'opération» se souvient Martin Malvy. Bilan aujourd'hui ? Une filière dynamique, un produit respecté, 450 emplois directs et 1000 emplois induits. «Mais le combat continue, car malgré tous ces atouts, on peine à trouver des jeunes pour assurer la relève» prévient Francis Alayrac à l'attention de Stéphane Le Foll. Ministre qui se sera alors voulu rassurant car pour lui, l'agneau fermier du Quercy fait partie des exemples à suivre pour que l'agriculture retrouve confiance et débouchés.
Pour être vu sur le NET : Votre publicité sur La Boutique des Bonnes Affaires
 Inscrivez-vous vite, c'est gratuit...     >> STIFORP <<

...

Haut